Pour Véro

Classé dans : Actualités, L'association | 0

Véronique David, notre collègue, notre amie nous a quittés. Plus d’un an de combat contre la maladie témoigne de son courage, de sa force. Courage et force qu’elle avait mis au service de l’association CLE pour accompagner ceux qui en avaient besoin.

Toutes celles et ceux qui l’ont côtoyée ont pu apprécier ses compétences professionnelles et ses qualités personnelles. Son humilité laissait la place à l’autre, son sens de l’altérité embellissait ses accompagnements, son amour de la langue française permettait à d’autres de se l’approprier.

Elle aimait la littérature, la poésie : c’est pourquoi, plutôt qu’un long discours, nous préférons nous taire et laisser la place à un poème de Victor Hugo.

C’était une belle personne, elle nous manquera.

Demain, dès l’aube

Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m’attends.
J’irai par la forêt, j’irai par la montagne.
Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,
Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,
Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,
Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.

Je ne regarderai ni l’or du soir qui tombe,
Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,
Et quand j’arriverai, je mettrai sur ta tombe
Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur.


Victor Hugo (1802-1885)
Les Contemplations