Passerelle de rue dans le quartier Cité Leclerc de Parthenay

Classé dans : Actualités, Vie associative | 2

Par tous les temps....

A partir de la rentrée de septembre 2022, l’association CLÉ développe à Parthenay (dans un puis, plusieurs quartiers) un projet de bibliothèque de rue (intitulé “Passerelle de Rue”). Ce projet s’inspire des bibliothèques de rue d’ATD Quart-Monde ainsi que des ateliers de la pédagogie sociale.

Qu’est-ce que c’est ?

  • Quand? tous les mercredis après-midi, de 14h30 à 16h, à partir du mercredi 14 septembre 2022, même pendant les vacances scolaires.
  • Où? Cité Leclerc, Parthenay, avec l’accord et le soutien d’Habitat Nord Deux-Sèvres. Nous nous installons à proximité de la table de ping pong et de l’arrêt de bus. Parfois, la météo nous empêche de monter la tente. Alors, nous nous réfugions dans une cage d’escalier. Nous avons demandé l’autorisation.
  • Nous nous installons sous la tente avec des livres, des jeux, du matériel pour dessiner, écrire.
  • Notre objectif est de  développer du lien social et construire un partage de cultures et de savoirs, qui passe, entre autres, par la médiation du livre.
  • Une équipe de bénévoles de l’association est impliquée dans cette nouvelle aventure, autour d’une salariée référente.
  • Nous avons pu commencer avec l’aide financière de la Fondation AGIR SA VIE, sous l’égide de la Fondation de France. Nous sommes aidés par le Centre Communal d’Action Sociale de Parthenay. La Fondation Crédit Mutuel pour la Lecture nous apporte également son soutien financier.

De semaine en semaine, la Passerelle s’installe à la même heure, au même endroit (ou presque).

Sous les yeux des habitants du quartier, des personnes de CLÉ sont disponibles. Le livre sert à créer des liens et à se rencontrer : certains sont investis dans l’animation autour des livres tandis que d’autres sont attentifs à l’environnement : pour aller à la rencontre d’habitants réticents ou en questionnement, les rassurer, les inviter. Une autre personne est à l’écoute de possibles besoins administratifs afin d’éclairer et ou de relayer.

L’espace est ouvert à tous pour permettre à chacun d’aller et de venir en toute liberté et à l’ensemble des habitants d’observer ce qui s’y passe : cette transparence permet de gagner la confiance de tous. Tout le monde est invité et il n’y a pas de porte à franchir.

Témoignage de Lalia

J’ai l’honneur de travailler avec une merveilleuse cohorte, facile pour moi. L’expérience se passe sans encombre et dans une merveilleuse ambiance pleine de joie, de jeu, d’apprentissage de la lecture et de l’écriture, et on n’oublie pas de dessiner et de jouer, et cette joie se complète avec les enfants et les bénévoles. En plus de cela, mon expérience avec Passerelle est unique en ce sens que c’est la première fois que je fais une telle chose. Le travail est un trésor de connaissances, j’ai appris à être un membre dans la présentation d’idées et de lecture arabe pour les enfants, en particulier, et comment traiter avec les enfants. Il ne s’agit pas seulement d’une bibliothèque mobile, mais plutôt d’une source de connaissances, d’éducation et de divertissement.

La passerelle de rue entame son 5ème mois d’existence. De quoi se retourner un peu en arrière et de quoi espérer beaucoup en avant. En attendant, elle se vit au présent des rencontres (sous une tente ouverte à tous, sous un arbre, sur l’herbe au soleil ou, quand le mauvais temps s’acharne, dans l’entrée d’une cage d’escalier).
Qu’est-ce que j’apprends de cette expérience ? Il s’agit d’être là de toutes façons et d’être attentif aux désirs, aux idées, aux demandes qui surgissent. Ainsi, on a déjà vu passer des enfants, des parents, des jeunes, des adultes. D’une fois sur l’autre, certains reviennent régulièrement le temps d’un livre, d’un jeu, d’un dessin, d’un trait d’humour, d’un bonjour. Et c’est cela, ce peu de choses qui fait la différence ; qui, on ne sait pas quand, redonne confiance.
Quelle conviction nait de cette expérience ? Si la confiance renait, le lien s’établit et peu à peu permet de mieux être, de mieux dire, de mieux communiquer et donc se mettre en mouvement.
Quel moment je retiens de ces premiers mois ? La visite improbable d’adultes, un jour de grand froid, quand dehors, à la vue de tous, nous avons fait chauffer un chocolat et partagé des gâteaux.
Quel sens prend le nom Passerelle pour moi ? La Passerelle porte ce nom pour nous dire combien c’est essentiel de se rencontrer pour rétablir le lien social, mais j’ai aussi découvert que la Passerelle se construit en moi : ce sont mes propres déplacements intérieurs qui me rendent plus simple, plus attentive, plus réceptive à ceux qui passent. Est-ce que pour 2023, on pourrait souhaiter que chacun, là où il est, là où il vit, là où il travaille, soit une Passerelle ?

Claire Lesueur
Formatrice
Association CLE

.

Fresque de remerciement

Nous avons sollicité l’entreprise Wesco pour nous accompagner aux premiers pas de la Passerelle de Rue.

Nous avons eu la belle surprise de recevoir une réponse positive nous proposant, entre autres, des feutres, crayons de couleur, tapis, tabouret …. autant de cadeaux précieux pour accompagner nos lectures et nos créations autour des livres.

Un immense et sincère merci à l’entreprise Wesco !

Notre projet est soutenu par divers partenaires financeurs:

2 Responses